samedi 2 juin 2012

LE JUSTICIER SOLITAIRE (Getting Even, Harry KERWIN, 1977)



Le film que Jim CARREY aimerait supprimer de sa filmographie. En fait, il y est parvenu, si l'on en juge par ses fiches Imdb et Wikipedia, où ce Getting Even (également connu sous le titre Deadbeat) brille par son absence. Faut dire que commencer sa carrière cinématographique par un "rape and revenge" bien crapoteux, interdit aux States et en Norvège et classé X en Angleterre, ça la fout mal pour l'amuseur public préféré des foules américaines. Bien lui en prit de se dissimuler sous le pseudo de Jim CURRY pour incarner le plus jeune membre d'un quatuor de violeurs en série ayant la déplorable manie d'abattre leurs victimes après usage.

"Jim CURRY", à gauche

Sortie en vidéo dans les années 80 sous le label Scherzo, cette bande assez médiocre bénéficia d'un petit battage dans la presse spécialisée et les fanzines de l'époque, qui la présentèrent comme une expérience ultime dans le domaine de la violence et de l'exploitation. C'était faire une montagne d'un mamelon, l’œuvrette se signalant surtout par une vulgarité outrancière et un grand lymphatisme scénaristique. Doublés en français avec une volonté marquée de surenchérir dans le graveleux, les dialogues prennent une dimension hallucinante de grossièreté et de bêtise, comme si les traducteurs s'étaient évertués à épuiser tout le catalogue des obscénités à l'usage du plouc de base. Pour le reste, le film reprend le schéma popularisé par Un Justicier dans la ville : agressions d'innocents, carences judiciaires, et vengeance d'un quidam pas du tout destiné à provoquer un bain de sang. Ici, c'est un étudiant en droit (Chris MULKEY, revu entre autres dans Rambo et la série Twin Peaks) qui dégomme l'un après l'autre les quatre salopards ayant violé et tué sa sœur, ainsi qu'une palanquée d'autres donzelles.


Le réalisateur Harry KERWIN, mort en 1979 à l'âge de 48 ans, fut l'un des spécialistes du nudie floridien dans les années 60.
Le producteur et co-scénariste Wayne CRAWFORD (sous le pseudonyme de Scott LAWRENCE) tient le rôle du chef des violeurs avec un réalisme inquiétant :


Et l'on retrouve avec joie, dans le rôle de l'oncle du justicier, cette vieille branche noueuse de William KERWIN (frère du réalisateur), acteur fétiche d'Herschell Gordon LEWIS et de la série Z des sixties :


Jim CARREY montre fugitivement ses fesses, tout le casting féminin exhibe joyeusement ses nibards, et à la question : "Tu sais que je l'adore, ton zizi ?" posée par sa meuf, Wayne CRAWFORD répond avec à-propos : "Oui ? Alors ferme-la, salope, et viens me faire un pompier !"
Vous voyez le genre ?...
(Notez que faire un pompier en la fermant doit demander une rare habileté...)


Hadopiser ici, en VHSRip et V.F. (qualité moyenne, mais c'est du rare...)

Extrait : Les débuts de "Jim CURRY" :

6 commentaires:

  1. Wahou, une curiosité "alléchante"... pour les vieux pervers qui ne peuvent plus se tripoter dans les salles obscures ;-)
    Trêve de plaisanteries graveleuses, une fois encore, BB me fait découvrir un "trésor" : grâce lui soit rendue !

    RépondreSupprimer
  2. Pareil, merci beaucoup ! Excellent le coup Jim Carrey ! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Grand merci bbjane pour nous proposer ce vigilante que, personnellement, je trouve assez plaisant.

    Concernant Carrey, j'avais déjà entendu parler de cette anecdote. Selon moi, il y a méprise. Il est vrai que le fameux Jim Curry entretient une certaine ressemblance avec Ace Ventura, le hic c'est qu'en 1975, année de réalisation du film (il me semble qu'il n'a été distribué que l'année suivante), Carrey n'avait que 14 ans !
    Le Curry à l'écran parait bien plus âgé, avoisinant la trentaine à vue d'oeil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La ressemblance est vraiment bluffante dans certaines scènes, non seulement sur le plan de la morphologie, mais aussi des expressions. Ceci dit, si Carrey est bien né en 1962, y a un malaise, c'est sûr... ;-)

      Supprimer
  4. Merci pour ce film que je voulais revoir depuis que je l'avais visionne en vhs au debut des annees 80

    RépondreSupprimer
  5. merci bb jane , pour ce vigilante dans la trempe de rolling thunder mais en plus trash .

    RépondreSupprimer