mardi 12 juillet 2011

OUTBACK (a.k.a. Wake in Fright, Ted KOTCHEFF, 1971)





Si Rambo est sans contredit le film le plus connu du canadien Ted KOTCHEFF, son chef-d'œuvre demeure Outback, unanimement salué comme l'un des grands classiques du cinéma australien, bien que longtemps difficile d'accès tant dans son pays d'origine que dans le reste du monde. En France, il fut distribué en vidéo sous le titre Savane en 1983, mais ne connut qu'une diffusion confidentielle et reste largement à redécouvrir.



40 ans après sa réalisation, ce film brutal et désespérant n'a rien perdu de son impact et plonge le spectateur dans un malaise poisseux et éthylique d'une intensité imparable.
Un jeune instituteur (Gary BOND) en route vers Sydney où il doit passer ses congés, fait escale dans la ville de Bundanyabba, au beau milieu du désert australien. Confronté à une population de ploucs alcooliques et dégénérés, il se laisse entraîner dans une spirale de violence et d'abjection sous l'incitation de Doc Tydon (Donald PLEASENCE), le médecin local, intellectuel déchu et débraillé, qui entreprend de lui démontrer la précarité des notions de dignité, d'éducation et d'humanité.





Pour ce qui est du nihilisme et de la violence, Outback se situe au niveau des meilleurs PECKINPAH et anticipe sur le Délivrance de John BOORMAN. Comportements bestiaux, homosexualité larvée, dégénérescence morale, sont au menu d'une œuvre dominée par l'exceptionnelle prestation de Donald PLEASENCE en pathétique mais touchante épave entraînant le "héros" dans sa déchéance. Rarement un film aura-t-il à ce point exsudé la sueur et l'alcool, avec une simplicité de moyens aussi confondante. Pas d'effets de mise en scène ni de complaisance graphique : la réalisation sèche, dépouillée, va droit à l'essentiel et impose un climat putride à la limite du cauchemar, culminant dans l'hallucinante scène de la chasse aux kangourous, qui traumatisa à juste titre nombre de critiques.



Outback peut être vu comme le film de "rednecks" ultime, le sommet de la hicksploitation (films dépeignant les turpitudes de populations rurales arriérées), à égalité avec Massacre à la tronçonneuse (la comparaison s'impose dans plusieurs séquences), dont il se différencie néanmoins par son refus du baroquisme et du sensationnalisme. On pense également aux meilleurs westerns italiens (la scène d'ouverture est très léonienne, et l'argument général rappelle parfois le brillant Dernier face à face), même si toutes ces comparaisons s'avèrent accessoires en regard d'un film aussi profondément original et personnel.
A découvrir de toute urgence.





VHSRip (bonne qualité) et V.F. : ici.


Extrait : Un réveil difficile...



11 commentaires:

  1. Merci pour ce film rare, tes commentaires m'ont mis l'eau a la bouche!

    RépondreSupprimer
  2. Excellent choix BBJane. Encore une belle découverte grace à toi. 1000 mercis.

    RépondreSupprimer
  3. Merci BBJane, toujours des excellents partages sur ce blog ! Que du bonheur...

    RépondreSupprimer
  4. Un excellent film, malconnu mais superbe !
    Merci

    RépondreSupprimer
  5. Merci beaucoup Bbjane.
    Vous avez fait un excellent choix.

    RépondreSupprimer
  6. Quelle joie de voir Donald Pleasence jouer dans un film aussi insolite et obscur que celui-ci.
    Merci pour cet upload.

    RépondreSupprimer
  7. Vraiment un excellent film aussi merci!

    RépondreSupprimer
  8. La vhs en VF m'intéresse mais le lien est hs... Si réup possible... merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  9. Merci bbjane pour la remise en ligne du film Outback, je ne connaissais pas ton blog à l'époque de sa première parution.

    RépondreSupprimer
  10. merci pour ce film plus qu excellent, de surcroit avec une vf d 'epoque tres difficile a trouver..merci encore...

    RépondreSupprimer
  11. merci bien pour ce film et en vf

    RépondreSupprimer